Sports Ticker

Un barrage menace de se rompre sur la rivière Rouge | Crue printanière 2019

Radio-Canada | Nouvelles

Le chemin de la Rivière-Rouge est fermé à la circulation en aval du barrage de la Chute-Bell. Photo: Radio-Canada / Denis Babin

Radio-Canada

Le barrage de la Chute-Bell, situé sur la rivière Rouge à environ 18 kilomètres de l’embouchure de la rivière des Outaouais, menace de céder. La Sûreté du Québec (SQ) procède à l’évacuation d’environ 250 personnes à Grenville-sur-la-Rouge de façon préventive jeudi après-midi.

Cette centrale est munie d’un barrage conçu pour supporter une crue millennale, donc une crue qui survient une fois en 1000 ans. On a déjà atteint ce niveau-là et on sait que dans les 24 prochaines heures, on aura beaucoup de précipitations. Donc, nous sommes placés devant une situation devant laquelle on sait qu’il y aura davantage d’eau que ce pour quoi le barrage a été conçu en matière de capacité maximale de rétention, explique Francis Labbé, responsable des affaires publiques pour Hydro-Québec.

Les autorités n’ont donc pas d’autre choix que d’évacuer les résidents se trouvant dans la zone à risque d’être inondée si le barrage ne tient pas. Le ministère de la Sécurité publique a publié une « alerte de risque de rupture de barrage » vers 15 h.

Un rectangle rouge dessiné sur une carte.Le ministère de la Sécurité publique du Québec a circonscrit une zone visée par une évacuation en raison d’un risque de rupture de barrage, près de Grenville-sur-la-Rouge. Photo : Sécurité publique Québec

Il y aura une vague si jamais il y a rupture.

Francis Labbé, responsable des affaires publiques pour Hydro-Québec

Le scénario catastrophe reste toutefois hypothétique, assure M. Labbé.

J’ai parlé à des ingénieurs, il y a quelques instants, qui me disaient qu’ils avaient pleinement confiance que les ouvrages allaient être capables de tenir le coup. Mais comme on est devant une incertitude, on ne peut pas prendre de risque avec la sécurité des gens, dit-il.

Les citoyens concernés se dépêchent de se rendre en lieu sûr, selon le maire de Grenville-sur-la-Rouge.

On dit aux citoyens de quitter pour aller dans la montagne avant d’aller les chercher.

Tom Arnold, maire de Grenville-sur-la-Rouge

Tout va bien, tout le monde donne son maximum. Pour nous, ce qui est important, c’est de sécuriser la vie du monde. Après ça, on s’inquiète des biens, témoigne Tom Arnold.

Marc Tessier, de la Sûreté du Québec, affirme aussi que l’évacuation se fait rapidement.

La Ville d’Ottawa déclare l’état d’urgence en raison des inondations

Inondations : l’eau continue à monter dans la plupart des régions du Québec

Doug Ford a déjà éliminé 2500 postes dans la fonction publique

À la recherche de solutions pour héberger à long terme les sinistrés des inondations de Gatineau

Le gouvernement de Doug Ford coupe un programme de plantation de millions d’arbres

Des textos détaillent l’arrestation d’Abdirahman Abdi

La route 17 ne rouvrira pas avant la fin de semaine

Inondations au Québec : encore trop tôt pour pousser un soupir de soulagement

Un barrage de solidarité devant les inondations à l’île Mercier

L’ouragan Michael d’octobre 2018 relevé en catégorie 5

Banff et Jasper sous la neige

Crue printanière : la Municipalité de Pontiac sur le qui-vive

Go to Source