Crise du canola: le ministre de l’Agriculture du Manitoba s’impatiente

Radio-Canada

Le ministre manitobain de l’Agriculture, Ralph Eichler, se dit désolé de voir le conflit avec la Chine sur le canola perdurer.

Il souligne que des discussions sont en cours à propos d’une possible compensation pour les fermiers, mais qu’il faut, en priorité, mettre tous les efforts pour rétablir le commerce du canola avec la Chine.

Le ministre de l’agriculture du Manitoba, Ralph Eichler.Le ministre de l’Agriculture du Manitoba, Ralph Eichler, estime qu’un déplacement en Chine est le moyen le plus rapide pour régler la question de l’arrêt de l’importation du canola. Photo : Radio-Canada / Riley Laychuk

Le géant asiatique a banni les importations de canola en provenance de l’entreprise Richardson international, basée à Winnipeg, en mars dernier, prétextant qu’il contiendrait des insectes nuisibles. Par la suite, l’entreprise Viterra, basée en Saskatchewan, a subi le même sort de la part des autorités chinoises.

Le ministre manitobain de l’Agriculture considère qu’il n’y a aucune preuve à cet effet.

Selon Statistique Canada, les conséquences de ce conflit se font déjà sentir et les fermiers ont décidé de planter moins de canola cette année.

Partout au pays, le nombre d’acres consacrés au canola devrait diminuer de 6,6 % selon l’agence fédérale.

Carte des Prairies, principales régions productrices de canola.Régions productrices de canola. Photo : Radio-Canada

La Chine représente environ 40 % des exportations de graines, d’huile et de tourteaux de canola du Canada, selon le Conseil canadien du canola.

L’année dernière, l’exportation de canola vers la Chine a rapporté 2,7 milliards de dollars.

Les actionnaires de Bayer désavouent la direction après le rachat de Monsanto

Le Concours international de labour cherche 700 bénévoles

Pesticides : coup de balai au CEROM

Dans les coulisses des grands scandales environnementaux

Ruée vers le cannabis

Capsule chiffrée #72 – Le chou-fleur

Les syndiqués de Bombardier acceptent l’offre patronale; ceux d’Airbus la refusent

Un « troc contemporain » pour éviter des frais de transferts de fonds internationaux

Faut-il avoir peur des géants du web?

Amazon procède au licenciement d’employés à l’aide d’un système automatisé

Hydro-Québec modère ses besoins de nouveaux projets

Go to Source