Sports Ticker

Maxime Bernier pris en photo avec des membres d’un groupe ultranationaliste anti-immigrants

Radio-Canada | Nouvelles

Le chef du Parti populaire du Canada a posé avec trois membres du groupe anti-immigration Northern Guard lors d’un événement partisan.

Photo : Kyle Puchalski

Radio-Canada

Le chef du Parti populaire du Canada a été pris en photo avec des membres d’un groupe anti-immigration lors d’un événement partisan à Calgary, dimanche dernier. Sur la photo, on voit Maxime Bernier aux côtés de trois hommes qui s’identifient au groupe Northern Guard.

La photo a été publiée sur la page Facebook de Kyle Puchalski, qui se décrit comme le président albertain de la branche canadienne de Northern Guard. Lui et deux autres hommes portant des vestes affichant les couleurs de Northern Guard posent aux côtés d’un Maxime Bernier souriant.

Le Réseau canadien contre la haine, un organisme sans but lucratif qui surveille les groupes haineux, suit Northern Guard depuis sa création à l’automne 2017 par des membres du groupe d’extrême droite Les soldats d’Odin. Nous les décrivons comme un groupe anti-musulman lié aux néonazis, explique le directeur du réseau, Evan Balgord.

La directrice du Centre sur la haine, les préjugés et l’extrémisme de l’Université Ontario Tech, Barbara Perry, classifie Northern Guard comme un « groupe haineux ». Ils se concentrent fortement sur l’islamophobie et le sentiment anti-immigration en ce moment, note-t-elle.

Kyle Puchalski affirme toutefois que ni lui ni les autres membres de Northern Guard ne sont des suprémacistes blancs ou des néonazis.

Maxime Bernier se défend

Dans un communiqué, le Parti populaire du Canada répond que Maxime Bernier ne connaît pas les trois hommes de la photo.

Monsieur Bernier prend des centaines de photos avec tous ceux qui le demandent lors de rassemblements et partout où il va. Il ne demande pas à ces personnes quelles sont leurs opinions politiques avant de prendre une photo.

Johanne Mennie, directrice générale du Parti populaire du Canada

Questionné sur cette photo controversée, Maxime Bernier minimise l’incident. rallys publics qui sont ouverts à tout le monde. Lorsque les gens me demandent de prendre une photo, j’en prends. Cette photo a été prise rapidement, avec plein de photos avant ou après”,”text”:”Je suis un personnage public. On fait des rallys publics qui sont ouverts à tout le monde. Lorsque les gens me demandent de prendre une photo, j’en prends. Cette photo a été prise rapidement, avec plein de photos avant ou après”}}” lang=”fr”>Je suis un personnage public. On fait des rallys publics qui sont ouverts à tout le monde. Lorsque les gens me demandent de prendre une photo, j’en prends. Cette photo a été prise rapidement, avec plein de photos avant ou après, affirme Maxime Bernier.

Duane Bratt, politologue à l’Université Mount Royal de Calgary, voit la chose autrement. Maxime Bernier courtise ces groupes. Ce n’est pas une erreur ou une inadvertance. Je crois que c’était délibéré.

Il estime que le message politique du Parti populaire du Canada est aligné sur celui de plusieurs groupes haineux, dont Northern Guard, ce qu’observe aussi Barbara Perry, du Centre sur la haine, les préjugés et l’extrémisme. Il y a une solidarité troublante ici, affirme la chercheuse.

Il faut combattre les thérapies de conversion, plaide Ottawa

Les producteurs de pétrole veulent être récompensés pour le transport par rail

Des billets d’entrée à 22 $ pour les matchs à domicile des Eskimos

Le projet Eagle Spirit : les promoteurs veulent des clarifications

Alberta Avenue :  la solidarité avant tout

L’Assemblée des Premières Nations veut se faire entendre avant le Conseil de la fédération

Ottawa ne divulguera que les ingérences graves dans la campagne électorale

Les premiers ministres veulent se montrer unis à Saskatoon

Réjean Hébert officialise son intention de se présenter pour les libéraux fédéraux

Jean Chrétien hospitalisé à Hong Kong pour une pierre au rein

Des organismes demandent que l’accès au logement devienne un enjeu électoral fédéral

Conseil de la fédération : du pragmatisme autour de la table

Go to Source