Pierre Nantel estime que les élections d’octobre seront un « référendum » sur le climat | Élections Canada 2019

Radio-Canada | En ligne

Le député a rappelé la raison qui l’a poussé à faire le saut avec les Verts après huit ans sous la bannière néo-démocrate : l’urgence climatique.
Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Partagez via Facebook(Fenêtre modale)
Facebook

Partagez via Twitter(Fenêtre modale)
Twitter

Partagez via LinkedIn(Fenêtre modale)
LinkedIn

Partagez via Courriel(Fenêtre modale)
Courriel

Activer l’option d’impression du navigateur
Imprimer

Commentaires

Radio-Canada
2019-08-19 | Mis à jour hier à 19 h 23

« Êtes-vous sceptiques par rapport au climat ou êtes-vous inquiets? Êtes-vous propétrole ou proclimat? ». Selon le député Pierre Nantel, confirmé comme nouveau candidat du Parti vert lundi, ce sont ces questions qui motiveront le choix des électeurs canadiens lors du scrutin du 21 octobre.

En conférence de presse dans sa circonscription de Longeui–Saint-Hubert, le député a rappelé la raison qui l’a poussé à faire le saut avec les verts après huit ans sous la bannière néo-démocrate : l’urgence climatique.
Pierre Nantel estime que sa décision était un coup d’éclat nécessaire. S’il convient que le Nouveau Parti démocratique (NPD) est une formation proclimat, contrairement aux partis conservateur et libéral qu’il considère plutôt comme propétrole, il croit toutefois que le Parti vert est le choix le plus rassembleur.
Il explique avoir constaté, lors de ses années à la Chambre des communes, que la partisanerie politique et ce qu’il qualifie de tirage de roche électoraliste, est un obstacle à l’avancement de la cause climatique.

Pierre Nantel dévoile d’ailleurs avoir contacté tous les chefs des partis fédéraux en décembre 2018 dans le but de permettre une collaboration non partisane autour de la question climatique, mais en vain.
Les Québécois prêts pour un député vert
Avant de prendre sa décision, Pierre Nantel affirme avoir tâté le pouls des gens de sa circonscription. Selon ses calculs, la question climatique représente la priorité d’environ 70 % des électeurs.

Le Québec se distingue à bien des égards […] Cette distinction se manifeste aussi sur la question climatique.
Pierre Nantel, candidat du Parti vert dans Longueuil–Saint-Hubert
Pierre Nantel remarque aussi un certain cynisme chez des jeunes qui se désintéressent de la politique, mais s’intéressent de plus en plus au climat.
Je pense qu’il y a actuellement une cassure entre le mouvement qui s’inquiète de la crise climatique, particulièrement auprès des jeunes qu’on aimerait tant voir participer davantage au processus électoral, indique le député, qui espère rallier cet électorat à temps pour le scrutin du 21 octobre.

Initiations des Gaillards : la nudité dénoncée par le Cégep de Jonquière

Aide d’urgence de Québec à Capitales Médias, qui est au bord de la faillite

Les zabbalines : vies d’ordures, de recyclage et d’exploit

La Couronne réclame 12 ans de pénitencier pour Normand Dubé

Washington teste un nouveau missile et enterre le traité INF

La Cour fédérale approuve l’entente pour les Autochtones victimes des externats

Maxime Bernier estime qu’un débat des chefs sans lui ne sera pas « un vrai débat »

Durée :02:18

Élections : parler du réchauffement climatique pourrait être considéré comme partisan

Respect de la confidentialité : les partis se contentent du strict minimum

André Parizeau candidat du Bloc après s’être dissocié du Parti communiste du Québec

André Parizeau devra se dissocier du Parti communiste pour être candidat du Bloc

Réductions du financement municipal en 2020, Doug Ford persiste

Durée :02:37

« Une attaque envers les Ontariens »: les compressions au financement municipal dénoncées

Le gouvernement Legault réinvestit dans le réseau des cégeps

Le NPD fédéral n’a toujours aucun candidat dans deux provinces maritimes

Durée :05:54

Les politiciens bien en vue

Durée :01:59

La CAQ à la recherche de ses repères idéologiques

Go to Source