40 jours pour choisir un nouveau gouvernement | Élections Canada 2019

Radio-Canada | Nouvelles

Émission spéciale sur le déclenchement de la campagne électorale fédérale.

Partagez via Facebook(Fenêtre modale)
Facebook

Partagez via Twitter(Fenêtre modale)
Twitter

Partagez via LinkedIn(Fenêtre modale)
LinkedIn

Partagez via Courriel(Fenêtre modale)
Courriel

Activer l’option d’impression du navigateur
Imprimer

Commentaires

Radio-Canada
12 h 22 | Mis à jour à 12 h 31

Les Canadiens sont sur le point d’être plongés dans une campagne électorale de 40 jours, qui s’annonce pour l’heure comme une lutte de tous les instants entre les libéraux de Justin Trudeau et les conservateurs d’Andrew Scheer.

Le coup de départ de la campagne sera donné à 10 h, lorsque M. Trudeau ira rendre visite à la gouverneure générale du Canada, Julie Payette, pour lui demander la dissolution du Parlement et le déclenchement des élections.
Mme Payette proclamera alors la dissolution de la 42e législature de l’histoire canadienne et autorisera l’émission de brefs d’élection fixant la date du scrutin au 21 octobre.
Cette date est connue de tous les partis depuis longtemps, la Loi électorale du Canada prévoyant la tenue d’une élection le troisième lundi d’octobre de la quatrième année civile suivant le jour de l’élection générale précédente.
Cette loi décrétant que les élections doivent durer au moins 36 jours, Justin Trudeau avait jusqu’à dimanche pour déclencher officiellement la campagne. Il aurait cependant pu les déclencher beaucoup plus tôt, comme Stephen Harper l’avait fait en 2015.

Les premières pancartes de Justin Trudeau sont déjà bien visibles dans sa circonscription de Papineau, à Montréal.
Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Dans les faits, tous les partis sont en campagne depuis des mois déjà. Le déclenchement des élections les soumet cependant à de nouveaux plafonds de dépenses jusqu’au jour du vote.
Depuis le 30 juin, les partis étaient soumis à d’autres règles applicables uniquement en campagne préélectorale. Selon Élections Canada, ils pouvaient dépenser un maximum de 2 046 800 $.

À la fin de la 42e législature, le Parti libéral comptait 177 députés; le Parti conservateur, 95; le Nouveau Parti démocratique (NPD), 39; le Bloc québécois, 10; et le Parti vert, 2.
Le Parlement comptait aussi huit députés indépendants, un député du Parti populaire du Canada (Maxime Bernier, qui a quitté le PC) et un autre du Parti social démocratique (Erin Weir, expulsé du NPD).

Après Desjardins, Industrielle Alliance victime aussi d’une intrusion informatique

Maison Éthier : « C’est nous qui payons pour leurs problèmes »

Tous les partis ne sont pas égaux sur les blocs de départ

Les dangers du cannabis : une adolescente raconte sa descente aux enfers

Les algues bleu-vert ont carte blanche au Québec

Tous les partis ne sont pas égaux sur les blocs de départ

Après Desjardins, Industrielle Alliance victime aussi d’une intrusion informatique

La campagne électorale fédérale sera déclenchée mercredi

Durée :03:08

L’armée doit mieux connaître ses agresseurs sexuels pour prévenir les inconduites

Maxime Bernier contre Maxime Bernier dans la circonscription de Beauce

Ottawa reconnaît la contribution des vétérans métis de la Seconde Guerre mondiale

Le Parti libéral du Québec fourbira ses armes en caucus présessionnel

Effervescence dans la circonscription de Laurier Sainte-Marie

Durée :03:08

La complémentaire de Jean-Talon arrive à un moment charnière pour le PLQ

Durée :06:36

Carnet de campagne

Durée :08:12

Réforme du mode de scrutin : les avantages et inconvénients d’un référendum

De l’eau potable pour La Martre en 2022

Durée :02:02

Go to Source