La plus grande parcelle de terre agricole mise en vente au Canada est au Manitoba

Radio-Canada | Nouvelles

Une parcelle regroupant quatre fermes familiales et affichant une superficie de 10 117 hectares est en vente à Le Pas au Manitoba pour 56 millions de dollars.
Photo : Darren Sander

Partagez via Facebook(Fenêtre modale)
Facebook

Partagez via Twitter(Fenêtre modale)
Twitter

Partagez via LinkedIn(Fenêtre modale)
LinkedIn

Partagez via Courriel(Fenêtre modale)
Courriel

Activer l’option d’impression du navigateur
Imprimer

Commentaires

Pierre Verrière
Publié à 12 h 28

Dans la communauté rurale de Le Pas située à environ 630 km de Winnipeg au Manitoba, quatre familles de fermiers ont décidé de vendre leur terre ensemble, soit 10 117 hectares pour un montant total de 56 millions de dollars. S’il s’agit de la plus grande terre cultivable mis en vente au Canada, c’est aussi le travail d’une vie pour ses fermiers, comme la famille Markus installée depuis 1962.

Seul une vue aérienne permet de saisir la grandeur de la parcelle qui est désormais en vente. Et pour cause, à 1000 hectares près, ces champs à perte de vue pourraient y loger la ville de Vancouver.
Cet ensemble de quatre propriétés représente la plus grande terre cultivable du Canada actuellement sur le marché selon Darren Sander, l’agent immobilier qui a en charge de la vente. C’est lui qui a eu l’idée de réunir plusieurs familles de fermiers qui souhaitaient vendre leur terre afin de proposer une plus grande parcelle.

Vendre une terre agricole c’est autre chose que de vendre un bien immobilier, car lorsque vous vendez une ferme familiale vous vendez le travail d’une vie, explique l’agent immobilier spécialisé dans la vente de terres agricoles basé à Saskatoon en Saskatchewan.
Pour la famille Markus, cela représente 57 ans de travail, depuis que le patriarche Anthony et sa femme Margareta se sont installés dans cette communauté rurale du Manitoba située à environ 630 km de Winnipeg

Seul une vue aérienne permet de saisir la grandeur de la parcelle qui est désormais en vente. À 1000 hectares près, ces champs à perte de vue pourraient y loger la ville de Vancouver.
Photo : Darren Sander

Quelques années auparavant, à l’âge de 18 ans, Anthony fuyait au péril de sa vie sa Hongrie natale alors sous le joug communiste. Après avoir atteint à pied l’Autriche voisine où il rencontre sa future femme, il rejoint le Canada où une tante est déjà installée.
Passionné par le travail de la ferme, il décide de revenir s’installer au Manitoba et d’investir ses économies dans un lopin de terre de 162 hectares à Le Pas. Cinquante-sept ans plus tard, la propriété familiale s’étend sur 5900 hectares sur lesquelles poussent principalement des céréales et où paissent des bovins.

Margareta et Anthony se sont installé sur leur ferme à l’extérieur de Le Pas en 1962 sur un lopin de terre qu’ils avaient payé 10 000 dollars à l’époque.
Photo : Radio-Canada / Pierre Verrière

Aujourd’hui notre situation reflète ce qui se passe dans le monde agricole en général. Nous sommes une ferme familiale, mes parents vieillissent et la nouvelle génération ne veut reprendre la ferme c’est pourquoi nous vendons et nous espérons que l’héritage familial continuera d’une forme ou d’une autre, explique Linda Markus, une des filles du couple.
L’achat des quatre terrains familiaux qui forment la parcelle n’est pas conditionnel à la vente mais des acheteurs potentiels ont déjà fait part de leur intérêt.

Selon Jean-Philippe Gervais, économiste agricole en chef auprès de Financement agricole Canada, le prix des terres agricoles a considérablement augmenté depuis 2005 résultant d’une augmentation du revenu agricole. À la suite de la crise économique de 2008, les terre agricoles sont même devenus une valeur refuge pour certains investisseurs. Depuis quelques années, la valeur moyenne des terres agricoles au Canada a tendance à se stabiliser.
Il y a des défis importants en matière d’agriculture avec des barrières commerciales installés par la Chine ou l’Inde, la météo qui n’est pas de notre côté, tout cela explique que le revenu agricole stagne et que l’augmentation du prix des terres ralentisse, analyse Jean-Philippe Gervais.

En plus de cultiver des céréales, la famille Markus s’est lancée dans l’élevage de bovins pour la viande et possède plus de 1000 têtes de bétail.
Photo : Radio-Canada / Pierre Verrière

Malgré cela, il indique que la majorité des ventes de terrains se font encore de producteur à producteur.
Fermier, ce n’est pas un métier, c’est un mode de vie, résume Tony Markus, le fils de la famille qui souhaite aujourd’hui cesser son activité et profiter de sa retraite.

Si vous attendez trop longtemps avant d’arrêter, la ferme commence à en souffrir. Physiquement vous ne pouvez plus accomplir les tâches nécessaires. Sans jeunesse, une ferme ne se développe plus.
Tony Markus, fermier

Pierre Verrière

Le gouvernement Legault et les limites du populisme

Amazon ouvrira à Lachine son premier centre d’expédition au Québec

La plus grande parcelle de terre agricole mise en vente au Canada est au Manitoba

Dominique Michel ne fera plus de télévision pour prioriser sa santé

Combattre la désinformation un élève à la fois

Violence et environnement au menu de la rencontre entre Justin Trudeau et Brian Pallister

Le suivi de la restructuration du système de santé reste la priorité de Santé en français

Face au changement des conditions d’immigration au Québec, le Manitoba joue son atout

L’Université Harvard tentera de réduire les appels non essentiels à la police de Winnipeg

Des sanctions plus lourdes et plus rapides pour les conducteurs en état d’ivresse

Le manque de stationnements dans le quartier de la Bourse préoccupe les commerçants

Réinventer la ferme familiale

Le boeuf et le porc canadiens de nouveau les bienvenus en Chine

Le foin de la sécheresse

Durée :08:33

Trop de poussière dans les volières?

Durée :10:04

Les Moissonneurs solidaires préfèrent donner

Le foin de la sécheresse

Durée :08:33

Go to Source