Sports Ticker

DRAG | Le lever du rideau | Radio-Canada.ca

Radio-Canada | Nouvelles

Queer-Acadie Realness

Animer le 15 août, great!
Rencontrer Edith Butler, great!
Mais à date, animer le Drag Ball acadien, c’est ma pierre précieuse!

Pour Xavier Gould, la soirée du drag ball a été magique; le point culminant de son cheminement en tant qu’artiste queer jusqu’à ce moment. Un rassemblement de gens de toutes les sphères où, sans parler explicitement d’identité, on la vivait pleinement, ensemble.

Chargement de l’image

Xavier utilise plusieurs techniques de maquillage pour arriver au visage de Chiquita Mare.Photo : Radio-Canada / Janique LeBlanc

Ce soir-là, l’animation de Chiquita Mare sur scène était confiante, exaltée, assurée, délirante; une combinaison de clown et de poupée gonflable, comme Xavier la décrit. C’est que Chiquita Mare lui permet une expression de liberté sexuelle – avec son visage, ses lèvres et ses fesses exagérés – et une touche d’humour qu’on retrouve dans tous les projets de Xavier.

Jass-Sainte était mon enfance et là [avec Chiquita Mare] je suis rendu.e à l’adolescence.

Chargement de l’image

Xavier considère que le drag permet de rivaliser avec les concepts sexistes enracinés dans la société.Photo : Radio-Canada / René Godin

Conscient.e de la portée de sa voix auprès des Acadiens et de la communauté queer, Xavier réfléchit avant de parler, prend le temps de bien exprimer son point de vue : le drag, comme toute autre oeuvre d’art, est une forme d’expression. Il permet d’éveiller la société, de critiquer la politique, de pousser contre les normes ou de dresser un portrait de soi. La nature du message dépend de l’individu, de l’artiste.

C’est une sorte d’expression, une forme d’art qui te libère complètement des cadres des autres formes d’art.

Au départ, l’idée d’organiser un drag ball était une sorte de laboratoire pour permettre aux drag queens d’ici d’offrir leur spectacle. Mais c’était aussi une réponse au mouvement drag américain, capitaliste : même si on n’est pas riche, on peut faire du drag ici aussi et on veut reprendre ce qui appartient à la communauté.

L’idée du départ s’est rapidement transformée en quelque chose de beaucoup plus grand, et maintenant que le First Ever Drag Ball acadien a eu lieu, Xavier est heureux.se de constater l’impact qu’a eu l’événement.

Des opportunités comme le drag ball, j’oserais dire que c’est pas seulement pour les gens queer, c’est autant pour les gens qui viennent voir ça puis le vivent. Parce que c’est eux qui ont besoin de comprendre. Nous autres on le vit déjà.

Jamais Xavier n’aurait pu imaginer l’ampleur qu’a pris ce First Ever Drag Ball acadien, l’acceptation profonde que les participants ont ressentie et l’empreinte indélébile qu’il a laissée dans l’esprit des spectateurs.

Image d’entête par Kristel Mallet
Photos d’entête de chapitre par Denis Duquette

Go to Source