Sports Ticker

Mathématiques : front commun des syndicats d’enseignants contre une « échéance irréaliste »

ONfr+


Temps de lecture : 2 minutes

TORONTO – Pour les syndicats d’enseignants, réformer le programme-cadre de mathématiques dès la rentrée est un mauvais calcul. Dans une déclaration commune, l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO), l’Ontario English Catholic Teachers’ Association (OECTA) et la Fédération des enseignantes/enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (OSSTF/FEESO) demandent au ministre de l’Éducation de revoir sa copie.

« À une période où les conseils scolaires et le personnel enseignant se préparent à rouvrir les écoles de façon sécuritaire et à remédier aux lacunes dans l’apprentissage des élèves, il serait peu prudent de détourner des ressources de ces efforts pour essayer de se conformer à l’échéance irréaliste de deux mois établis par le gouvernement », lancent de concert les quatre organisations.

 Les représentants syndicaux se déclarent « disposés à accueillir favorablement des changements au programme-cadre visant à améliorer les apprentissages », mais rejettent d’emblée la feuille de route imposée par le gouvernement ontarien.

En début de semaine, le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, a annoncé vouloir mettre en place des cours « de leur temps et avec des exemples pratiques pour lier les mathématiques à la vie de tous les jours ». Une façon de s’attaquer au problème du chômage et au ratio d’endettement des jeunes.

« Ce sont des réformes nécessaires pour donner de l’espoir aux jeunes. Leur permettre d’avoir un emploi bien payé qui leur permettra de s’acheter une maison, un jour », avait-il justifié, évoquant un calendrier serré pour une réalisation à l’automne.

« Irréaliste et contre-productif »

« La mise en œuvre d’un nouveau programme-cadre de mathématiques cet automne est irréaliste et contre-productive », s’accordent à dire l’AEFO, la FEEO, l’OECTA et la FEESO/OSSTF. « Ces changements sont importants et nécessiteront beaucoup de temps, de collaboration et de nouvelles ressources pour être mis en œuvre correctement. »

Dans un contexte de retour en classe encore flou et alors que les enseignants risquent d’être sollicités plus intensément à la rentrée, leurs représentants demandent au gouvernement d’étaler l’exécution de ce grand chantier sur deux ans, de manière à apporter le perfectionnement professionnel, les ressources et les soutiens appropriés.

« À la rentrée cet automne, les enseignantes et enseignants devront faciliter le retour en classe des élèves après une fermeture des écoles qui, en raison de la pandémie, aura duré des mois. Leurs objectifs principaux seront d’aider à réduire l’écart d’apprentissage, de répondre à des besoins en matière de santé mentale aggravés par la crise de santé publique actuelle et d’aider les élèves et leurs familles dans un contexte qui demeure incertain », ajoutent-ils dans leur déclaration commune.

Et de conclure : « Le gouvernement devrait aider les enseignantes et enseignants et les élèves en allouant de nouveaux soutiens et de nouvelles ressources à leurs efforts, plutôt que de générer davantage d’incertitude et de créer de nouveaux obstacles pour l’apprentissage. »

À l’heure où nous écrivions ces lignes, le ministère de l’Éducation n’avait pas encore répondu aux sollicitations d’ONFR+.

Go to Source